speak0ut

on soulève déjà beaucoup de questions ici, et de plus décisives devront encore être formulées... pour autant que l'on passe à l'action
Nous sommes le Sam 21 Oct 2017 08:28

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 10 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message: à la coordination RESPIRE
Nouveau messagePosté: Sam 5 Déc 2009 00:20 
Administrateur du site

Inscription: Mar 15 Sep 2009 23:51
Messages: 103
Localisation: 10 000 n'est pas un individu, mais un dispositif pro laïc et démocratique
at http://respire.forumactif.com/forum.htm, le 02/12/09 - 19:01

che2009 a écrit:
« Messieurs les médias venez faire un tour dans l'antre de SPIR Communication » (forum La mise à mort du travail, 27/10/09 - 06:25)

il est assez touchant de voir quelqu’un qui travaille dans une imprimerie en appeler aux médias dominants pour plaider sa cause. Je dis imprimerie – mais vous me corrigerez –, car il n’est pas question ici de l’entreprise artisanale du temps que cette corporation était à l’avant-garde de la contestation radicale de l’ordre établi par les possédants, non, non, on parle d’un groupe dont la pollution se propage au moins nationalement et qui va de la création de contenu (!?) à la distribution, en passant par la conception et la production (vous me corrigerez) – Que demande le peuple alors (se demanderait le peuple s’il n’était pas plus rien qu’une somme d’anonymes atomisés) ? Des idées, on dirait… et un peu de sens commun. Ce dernier vous reviendra peut-être quand vous cesserez de chercher le meilleur créneau pour repositionner votre employeur dans la compétition capitaliste, comme les plus téméraires s’y risquent sur votre site – qui respire d’autant moins qu’il reproduit cette logique du tout économique

Quant aux idées, vous en avez pourtant l’ombre d’une :
che2009 a écrit:
« agissons par derrière dans un premier temps comme ils le font eux » (forum La mise à mort du travail, 08/11/09 - 07 :06)

mais, si vous n’êtes pas en capacité de tirer des affiches pour mettre le pays au parfum (je ne dis pas 500 000 d’un coup, mais à propos, comme l’oiseau fait son nid), je retire ce que je disais au début : ce n’est pas touchant, c’est consternant (rassurez-vous personne ne le remarquera, c’est dans le ton, bien en phase avec l’époque)

Ceci, par exemple, ne mettrait-il pas les points sur les idées (ce que vous ne comprenez pas, vos petits enfants, même s’ils ne savent plus lire, en auront certainement l’usage instinctif, s’ils ne sont pas définitivement satisfaits de leur esclavage) :

Citation:
POURQUOI PLEURER LA GAUCHE TOUJOURS PLUS CREUSE ET PLUS ADROITE ?

POUR MIEUX SE VENDRE À LA DROITE VENDUE – À dieu PAR LE PASSÉ, À L’ARGENT AUJOURD’HUI ?

POURQUOI DOUTER DE NOUS ET ATTENDRE APRÈS LE PLUS OFFRANT – QUAND NOUS SOMMES IDÉOLOGIQUEMENT LIBRES ?

PLUS QUE JAMAIS,LE POUVOIR EST DANS L’ARGENT. OR, NOUS AVONS TOUS LES MOYENS DE COMMUNICATIONS DONT ON PEUT RÊVER POUR PARTAGER MIEUX CET ARGENT, CE POUVOIR :

COMMENT SAURONS-NOUS QUE LES CHOSES ONT VRAIMENT CHANGÉES ?

QUAND NOUS NE SERONS PLUS ESCLAVES DU SALARIAT ET DES ALLOCATIONS. QUAND TOUT LE MONDE DISPOSERA DISONS D’AU MOINS 3000 EQUIVALENT EURODOLLARS PAR MOIS SANS CONDITIONS, TOUTES CHOSES ÉGALES PAR AILLEURS.

COMMENT CELA ARRIVERA ?

ÉVIDEMMENT PAS EN S’EN REMETTANT AUX GESTIONNAIRES QUI DÉGRADENT LE POUVOIR PUBLIC DEPUIS DEUX SIECLES. UN MINIMUM DE GESTION EST NÉCESSSAIRE, LES GESTIONNAIRES NE LE SONT PAS. MAIS NOUS AVONS UN COMPLEXE DE DÉCISION ET DE CROYANCE – DE CONFIANCE EN NOUS ET ENTRE NOUS : C’EST CON

QUAND NOUS VOUDRONS RÉTABLIR UNE VÉRITE ET NOTRE DIGNITÉ, CE SERA ASSEZ SIMPLE. CELA PASSE PAR LA PRÉMÉDITATION D’ASSEMBLÉES AUTONOMES NE RECONNAISSANT EN DEHORS D’ELLES AUCUNE AUTORITÉ OU PROPRIÉTÉ DE QUICONQUE, PLAÇANT LEUR VOLONTÉ AU-DESSUS DE TOUTES LOIS ET DE TOUTES SPÉCIALISATIONS. DÈS MAINTENANT, IL SEMBLE QUE CES ASSEMBLÉES LOCALES ET OUVERTES, COMME PRINCIPE D’UNITÉ POLYCENTRIQUE, POURRAIENT AVOIR POUR PREMIÈRES BASES D’ASSOCIATION :

1. LA RELATION AVEC LEURS EQUIVALENTS LABORIEUX (commissions d’entreprises ouvertes), EUX-MÊMES ORGANISÉS PAR FILIÈRE : sur la base de l’auto évaluation locale des besoins (via la commission de gestion de l’assemblée autonome) confrontée à la perception critique des conditions de travail correspondantes (via la commission d’entreprises ouvertes)

2. LA MAÎTRISE DE L’INSTITUTION FINANCIÈRE ET MONÉTAIRE

3. LA CENTRALISATION DES ARMES (seuls les fascistes se promènent armés au quotidien) ET LA DESTRUCTION conviviale DES UNIFORMES

CES DISPOSITIONS ORIENTÉES VERS L’ABOLITION DE L’ÉTAT CIVIL ET AUTRES
ARBITRAIRES SOCIAUX ET NATIONAUX :
TOUS SANS PAPIERS

[work0ut – 0ut avec un zéro, google connaît la place]

Fichier(s) joint(s):
POURQUOI PLEURER.doc [23.5 Kio]
Téléchargé 89 fois

Pour information : vous ne figurez pas dans la liste des entreprises qui licencient du « collectif contre les patrons voyous », vous n’êtes donc probablement pas en contact avec lui, ce qui n’est pas forcément une grosse perte (même si les initiatives inter branches de la base sont importantes), car il semble se spécialiser dans les célébrations funéraires festives

Sinon, vous aurez peut-être plus d’affinités avec le Courant Syndicaliste Révolutionnaire (tendance au sein de la CGT principalement, mais aussi de SUD et de la CNT), qui, hormis ses chants et peintures de guerre dignes des années folles (1920), pourrait se révéler plus fréquentable et, à terme, plus efficace malgré sa discrétion


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Salut
Nouveau messagePosté: Sam 5 Déc 2009 01:28 
[le 02/12/09 - 19:51 - les messages de RESPIRE sont reproduits par nos soins]

Très intéressant ton lien vers le site sur le syndicalisme révolutionnaire !

C'est avec plaisir que j'ai lu ta publication et à ce sujet ce serait sympa de nous donner la source de tes citations notamment la plus longue : pour ce qui est du forum la mise à mort du travail, là pas de souci les abonnés du forum RESPIRE connaissent.

Alors où veux tu en venir camarade !

Je pense avoir perçu le sens de ton message, mais pour ne pas mal te traduire j'aimerais que tu puisses répondre à cette question :

Comment tu articule ton sujet avec la problématique SPIR ? Est-ce nous les "trublions" syndicalistes qui te posent problème !

Pour ma part je suis prêt à en débattre avec toi et tous les acteurs sociaux avec leurs opinions respectives.

Je ressens une espèce de rébellion absolue à te lire et j'aimerai te dire que nous ne sommes sans doute pas en désaccord sur le fond, et sur l'appréciation que nous avons du système : si j'ai bien compris économisme contre humanisme quitte à prendre les armes vu que les fascistes sont le mieux armés !

En même temps ton message m'inquiète car il ferait passer le forum pour ce qu'il n'est pas : c'est donc qu'il est puissant ton message, et je dis ici tranquillement je ne censure pas même si la tentation est forte.

Je me suis moi-même permis des digressions qui déborde largement du cadre des mouvements naissants chez SPIR comm...
mais toujours en essayant de faire le lien.

Je me suis tenu éloigné du syndicalisme des années durant au prétexte qu'il est compromission insupportable et comme une acceptation d'un état de fait, d'une réalité économique et sociale qui est fortement discutable pour ne pas dire plus.

Et pourtant pour avoir assisté à des combats contre des fascistes comme tu dis j'ai fini par me dire qu'il fallait aller au feu et éviter la politique de la chaise vide : quand aux armes et bien personnellement je n'adhère pas !

Voilà je suis en attente d'en savoir plus concernant ta première intervention sur le forum et je remarque aussi pour conclure que tu ne donnes pas plus d'éléments que cela pour t'identifier auprès des visiteurs du Forum....

J'émets de sérieuses réserves donc sur la provenance de cette intervention "La Gazette" bien que certaines pistes qui transpirent de ton intervention ne me soit pas personnellement antipathiques.

Le FORUM RESPIRE restera avant tout un outil au service des salariés de SPIR pour avancer sur les problèmes qui les concernent au delà des considérations de haute voltige politique. MERCI à toi

Yao
Représentant Filpac-CGT
et administrateur du Forum RESPIRE Apolitique mais pas sans cervelle !!!


Dernière édition par 10 000 le Ven 23 Déc 2011 01:11, édité 1 fois.
à sa demande, retrait du nom de l'auteur (tout le fil)


Haut
  
 
 Sujet du message: in bello veritas
Nouveau messagePosté: Sam 5 Déc 2009 01:36 
Administrateur du site

Inscription: Mar 15 Sep 2009 23:51
Messages: 103
Localisation: 10 000 n'est pas un individu, mais un dispositif pro laïc et démocratique
[le 03/12/09 - 06:07]

(quoique je trouve regrettable cette habitude de se tutoyer à tord et à travers, même entre alliés potentiels ou avérés, mon vous ne s’adresse pas spécialement à l’administrateur – bien sûr, tu fais comme tu sens Yao –, mais aux lecteurs en général et respirituels en particulier, puisque ce site s’adresse surtout à ce cercle relativement étroit)


Admin a écrit:
ce serait sympa de nous donner la source de tes citations notamment la plus longue : pour ce qui est du forum la mise à mort du travail, là pas de souci les abonnés du forum RESPIRE connaissent.

le tractafffiche est signé, non ?

Citation:
[work0ut – 0ut avec un zéro, google connaît la place]
ce n'est pas clair ? au cas où : http://work0ut.free.fr

étonnant que l'on connaisse le forum de france 3 et que l'on ignore w0ut...


Admin a écrit:
Comment tu articule ton sujet avec la problématique SPIR ? Est-ce nous les "trublions" syndicalistes qui te posent problème !

même si je le voulais, je serais bien en peine d’articuler quoi que ce soit avec la problématique spir : rien que le temps, le nombre de problématique du même genre (pour résumer, la majorité des entreprises, en crise ou non, où, au mieux, on se syndique pour protéger ses fesses, sans penser à l’action collective – si ce n’est quand c’est trop tard et qu’une solidarité temporaire s’impose pour faire gonfler le parachute plombé) et surtout nos principes : ne jamais faire pour les gens ce qu’ils peuvent faire par eux-mêmes. La problématique spir est évidemment fort éloignée de la perspective de work0ut (se sortir le travail de la tête, penser le monde sans la centralité imposée du travail), cela dit des articulations peuvent naître d’échanges, de discussions de clarification, de contradictions, d’oppositions, etc, et puis la proposition d’utilisation illégale de vos presses à des fins contestataires est déjà une articulation possible

Notre seul "problème" est l’humanité en entier et si peu divisée (si faiblement dans la pratique, en apparence – pas dans les conditions d’existence évidemment) ; tous les individus sont des alliés potentiels, hormis les propriétaires du monde et leurs valets (cet a priori bien compréhensible ne pouvant guère être revu que s’ils modifient librement leur point de vue – avant d’y être contraint donc)


Admin a écrit:
si j'ai bien compris économisme contre humanisme quitte à prendre les armes vu que les fascistes sont le mieux armés !

Si humanisme = parti de la subjectivité = parti de la totalité = parti de pauvres, voire des pauvres middleclass = parti du jeu, alors oui c’est bien humanisme contre éconimisme (économie comme animisme)

Prendre les armes si cela s’impose, selon la décision de l’assemblée autonome, pour la conquête comme pour la défensive. Evidemment un flic est un fasciste, mais un gangsta aussi, et l’américain moyen aussi : le fasciste se résume par une compréhension et une pratique individuelle du port d’arme, en cela il est un valet effectif du système. Les militaires et les policiers dépendent bien d’une organisation collective, mais qui est elle-même au service de l’ordre établi, du parti de la conservation : ces valets de base ont néanmoins une chance, à eux de la saisir, de retourner à l’anonymat que leur faiblesse d’esprit et de caractère les a pousser à quitter


Admin a écrit:
En même temps ton message m'inquiète car il ferait passer le forum pour ce qu'il n'est pas (...)et je dis ici tranquillement je ne censure pas même si la tentation est forte.

Bel effort, car il n’y a pas de pire censure que l’autocensure… à laquelle nous sommes fortement encouragés et éduqués et qui est pour beaucoup dans notre état d’infantilisme critique (ce message attribué au choix à l’extrême droite, à l’ultra gauche, à n’importe quel groupuscule terroriste, au mandarom ou à des hashishins, aurait alors pu être censuré en toute bonne conscience – et pourquoi ? et pourquoi ne pas regarder en face ce qui se pense ? Pour ne pas leur faire de publicité, pour entraver la propagande : merci bien mes pèrémères, allons voter plus de police – Eh, mais c’est la guerre, alors à la guerre comme à la guerre ; la vie est déjà si compliquée (vraiment ?) et il est si simple et rassurant de collaborer avec l’éconimisme ambiant et sa morale qui châtre tout)

D’ailleurs le collectif contre les patrons voyous et Akzonoubez ne se gênent pas pour le faire sur leurs sites respectifs


Admin a écrit:
Le FORUM RESPIRE restera avant tout un outil au service des salariés de SPIR pour avancer sur les problèmes qui les concernent au delà des considérations de haute voltige politique.

Comme je vous le disais au début, chacun voit midi à sa porte et on a ce que l’on mérite ; alors après, il y a l’urgence (après tant d’années de laisser-aller, plaintif chronique mais assez satisfait individuellement – et télévisuellement : quel chance d’être occidentôt) et il y a l’important : en finir avec la dépendance aux personnels politiques et autres gestionnaires de la misère, comme avec toutes autres formes de promesse (de haut en bas ; car, évidemment, les engagements entre égaux sont nécessaires, vitaux même)

De là à écrire comme l’intersyndicale ICI PAINTS DECO en réponse à Hans WIJERS [PDG d’Akzo Nobel] – car l’urgence n’est évidemment favorable à l’intelligence (comme compréhension et entente) mais à la logique systémique, ô combien – morceau de bravoure :

« Le ratio productivité/ rentabilité par salarié [à Grand-Quevilly, dont l’activité doit être délocalisée vers Montataire] est autrement plus élevé que celui de Montataire.

(…) En accord avec notre message ci-dessus [?], les salaries d’ICI PAINTS DECO FRANCE sont profondément dégoûtés et vous demandent de reconsidérer vos stratégies commerciales et économiques afin de maintenir nos sites. »

Cherchez l’erreur…


Admin a écrit:
je remarque aussi pour conclure que tu ne donnes pas plus d'éléments que cela pour t'identifier auprès des visiteurs du Forum....

tu ne penses pas à mon état si vil j’espère : il est indifférent, je suis un anonyme dans la nasse, qui n’a pas émis de réserve par rapport à work0ut alors qu’il le cite avantageusement ; disons que je cautionne ce projet en entier et que je pourrais bien y contribuer activement même ; bref, je suis un anonyme workaoutant – ça ira comme identification


Admin a écrit:
J'émets de sérieuses réserves donc sur la provenance de cette intervention "La Gazette"

qu'importe le flacon pourtant, pourvu qu'on ait l'ivresse... légère et spirituelle... non ?


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Salut "je suis un anonyme workaoutant"
Nouveau messagePosté: Sam 5 Déc 2009 01:41 
[03/12/09 - 21:47]

Je trouve tes thèses et argumentations très intéressantes et je prendrai le temps de débattre avec toi, même si ce n'est guère utile car nous sommes certainement beaucoup plus proche sur le fond, et comme tu le dis toi même la contradiction, le débat contradictoire est certainement plus constructif (peut l'être) que si nous sommes d'accord sur tout.

Je tenais avant de revenir à notre sujet syndical SPIR à te dire que je trouve extrêmement enrichissant ce que tu amènes sur le forum et c'est un signe des temps que nous traversons, nous avons cette chance de vivre un grand basculement. Cependant et même si nous viendrons tous à ces débats un jour ou l'autre je voudrais te redire que ce n'est pas le lieu. C'est la raison de mon évocation de la censure, ce n'est pas de l'autocensure, même si j'ai appris à la pratiquer ; mais censurer l'autre c'est pas terrible ! Il n'empêche !

Serais-tu prêt à laisser un Nazi venir qui crier sa haine de l'humain sur un espace de discussion publique ?
Voilà la question qu'un modérateur de Forum doit se poser à chaque publication. C'est la question que je me pose chaque jour en me levant car je connais les risques encourus à créer un espace publique de débat.

Les risques je les assume en me nommant sur le site en donnant mes contacts personnels. Ton message jusqu'au boutiste mérite de toi que tu agisses pareillement ne crois-tu pas et cela donnerait plus de corps à ta contestation. Tu autocensure ton identité et c'est ce qui me dérange.

Gamin, lycéen, j'ai pris des coups pour avoir refusé d'être un mouton. Mon "tortionnaire" de l'époque me tapait dessus sans entrain car il m'appréciait par ailleurs. Il y a avait 4 personnes qui me tenaient par les 4 membres face contre la table de l'enseignant pendant qu'on me frappait. L'enseignant lui est parti ; il a quitté la salle de classe, ce spectacle étant insupportable pour lui. J'étais en seconde. L'armée avait dit au Père directeur (j'étais dans un établissement confessionnel St JOSEPH) Mon Père il y a des récalcitrants chez vous ! alors soit vous vous en occupez soit c'est nous l'armée qui allons venir faire le ménage dans votre lycée. Et on m'a frappé pour l'exemple devant mes camarades de classe; nous étions 64 élèves et seulement 2 à être "puni". Pourquoi ? Nous avions refusé de participer à une séance d'animation politique obligatoire(cela veut dire qu'on convoque les élèves le mercredi apm pour qu'ils se mettent en rang d'oignons pour chanter des chansons débiles à la gloire de notre dictateur (Le général Eyadéma au Togo)). Nous n'étions que 2 à avoir ce courage. Et figure toi que le Père Directeur ou le Censeur je ne me souviens plus a saisi la cravache pour frapper celui qui me frappait car c'était trop mou. Mon "tortionnaire" était trop mou !!
Alors je te redis ici j'apprécie ton propos, mais trouve le courage de te nommer comme je le fais.
Car mon frère, là c'est toi qui t'autocensure.

Quand on m'a frappé pour subversion je m'appelais Yao et aujourd'hui c'est pareil, j'ai un prénom français [...] et je signe mes articles. Dans la dureté du monde que tu décris pour parler d'armes et de tralala, il n'y a rien de plus noble à mon sens que d'être prêt à payer le prix de ses idées et à refuser de répondre aux armes par les armes. D'ailleurs à ce jeu nous serons toujours perdant : ils ont l'atome et le virus. Ils ont nos vies entre leur main mais pas notre conscience. Il n'y a rien de plus fort que la conscience.

Je finirai sur les paroles d'un fils de Bob Marley : Love is my religion.

Chez certains cette réalité engendre la haine. Pour ceux qui aiment le Christ, je dis qu'il reconnaîtra les siens.


PS Pour ton lien Workout je suis désolé de mon inculture car j'ai bien passé quelques secondes sur le forum de France 3 mais pas plus ! J'ai pas le temps mais je me doute que c'était intéressant. De plus la mise à mort du travail je l'expérimente ici chez SPIR tous les jours.

Maintenant un monde idyllique sans travail, j'ai peine à l'imaginer. Au Togo avant la période coloniale (colonie Allemande dès 1884) les habitants de cette contrée Ouest Africaine (selon l'étude d'un voyageur de commerce mandatée par une firme allemande de l'époque pour faire une "étude de marché") travaillaient 4H par jour (travaux des champs) plus les travaux domestiques. Et les gens vivaient heureux toujours aux dires de ce représentant allemand envieux de la joie de vivre qui se dégageait de ce peuple d'une contrée qui n'était pas encore le Togo né d'un découpage arbitraire de frontières entre les grandes puissances.
Donc je conçois que le travail puisse être autre chose, que le tyran qu'il est devenu dans le monde capitaliste industriel. Mais il me semble être un des moteurs de l'existence. C'est plus la place relative du travail au Kapital dans leur rémunérations respectives qui fait problème. Avant qu'on prenne conscience qu'il y a des questions encore plus fondamentales qui méritent d'être posées et pourquoi pas répondues.
Merci Camarade et bonne soirée.
Yao

PS2 C'est pas la bonne rubrique pour notre débat je déplace pour pas encombrer la zone syndicale SPIR car ici on est au B A BA de l'action syndicale comme tu peux le lire avec tous les témoignages du Forum des CE qui savent pas qu'on doivent mandater un expert quand rien ne vas plus !!!!

PS3 Je sais que tu as bien choisi ta rubrique mon frère mais je suis obligé de transporter çà dans la boîte à idées philosophiques

PS4 En fait tu serais un gars de la direction SPIR cela me donnerait carrément le sourire car je me dirai enfin UN qui a compris qu'il ne s'agit pas d'un ver dans la pomme mais bien d'un serpent à manœuvrer avec précautions.

Me faire passer pour un dangereux extrémiste ! c'est raté. Je suis une personne de compromis qui déteste le conflit. Je suis un observateur attentif c'est çà ma compréhension du mot respect. Je suis resté poli très longtemps, notamment avec la direction SPIR, pratiquant le bénéfice du doute, la présomption de bonne foi. Mais en y regardant de plus près, je peux affirmer qu'il n'en est rien, preuves à l'appuie. Alors j'ai rangé la politesse pour ne pratiquer plus que le respect de l'adversaire, l'adversité ! Comme individu et comme représentant syndical, j'ai des collègues et je ne suis pas d'accord avec le sort qui leur est réservé.

Il y a des "collègues" syndicalistes qui m'étonnent par leur positionnement. Ils sont plus extrémistes que les patrons eux-même. Ils auraient voulu dire AMEN tout de suite là, aujourd'hui au "plan de réorganisation" d'IPS que j'appelle le plan "d'extermination" d'IPS. Comme REGICOM la solution "finale" version professionnelle : les PSE à répétitions plutôt qu'une réflexion profonde de ce que devrait être leur business.

Et on dégage des salariés et heureusement il y en a qui ont leur dose qui prennent des PDVs branquignoles pour sortir RESPIRER. La précarité : 17 CDI sur 120 départs
Pour une formation qualifiante : oui pourquoi pas. Pour des CDD, c'est plus risqué et pour du travail précaire alors là on en parle même pas. Pour la création d'entreprise ! même le dispositif prévu, est léger.

A bientôt; un dernier truc économisme et animisme là çà va loin je reviendrai vite te questionner; çà m'intéresse !


Dernière édition par 10 000 le Ven 23 Déc 2011 01:03, édité 1 fois.

Haut
  
 
 Sujet du message: janus belli
Nouveau messagePosté: Mar 8 Déc 2009 13:13 
Administrateur du site

Inscription: Mar 15 Sep 2009 23:51
Messages: 103
Localisation: 10 000 n'est pas un individu, mais un dispositif pro laïc et démocratique
[le 05/12/09 -12:07]

(Je me suis rendu compte que mon adresse mail n’était pas accessible jusque-là, c’était involontaire, simple inattention)

comme je l’avais souligné, et donc bien compris, ce site est dédié à l’urgence, ce qui est légitime vu votre situation. Mais je ne comprends pas en quoi ce ne serait pas le lieu, selon tes propres termes, d’évoquer une autre perspective. Tandis que, paradoxalement, tu alimentes la discussion et lui attribue une place plus adéquate (Boite à idées). Pire, tu crois même que ces questions (lesquelles ?) seront d’actualité tôt ou tard (« même si nous viendrons tous à ces débats un jour ou l'autre je voudrais te redire que ce n'est pas le lieu »). Pourquoi ne pas s’y préparer du mieux que nous pouvons alors ? Faut-il un lieu particulier ? La boite à idées est réservée aux urgences de Spir et compagnie, bien, mais qu’est-ce qui empêche de créer une rubrique « corps étrangers », « flirts et gens de passage », ou « propos déplacés », n’importe… Vu les enjeux qu’il porte peut-on imaginer ce site comme un vase clos ?

Quand tu auras le temps de faire un tour du côté de work0ut, tu constateras entre autres que ce projet repose pour une bonne part sur un forum (speak0ut), qui semble donc être le lieu tout indiqué pour poursuivre ces échanges. Tu pourras aussi y appréhender plus avant notre position sur l’anonymat et le rejet de toute censure, au sujet desquels il n’est pas utile d’en dire plus que ce que j’en ai déjà dit. (Ceci seulement, qu’au reproche trop facilement bien pensant de ne pas assumer ses responsabilités, nous opposons un peu moins superficiellement que toute exposition médiatique individuelle est une recherche de notoriété, de reconnaissance dans et par l’information dominante, laquelle repose pour une large part sur le culte de la personnalité, le suivisme, le clientélisme, etc.)

Note, en passant, que tes conjectures plutôt insultantes et tes inquiétudes à propos d’une éventuelle provocation de la part de ta hiérarchie pourraient se dissiper d’elles-mêmes via speak0ut. Cela dit, tes inquiétudes semblent un peu surjouées et font plutôt penser à un frémissement de l’ego (« enfin UN qui a compris qu'il ne s'agit pas d'un ver dans la pomme mais bien d'un serpent à manœuvrer avec précautions »). On chercherait à « te faire passer pour un dangereux extrémiste », mais alors que signifie ton assentiment spontané et ton intérêt pour des « thèses et argumentations très intéressantes », que par ailleurs tu découvres à peine, ce n’est guère prudent… Il est vrai que tu n’es pas une approximation près, car je n’ai jamais parlé d’un « un monde idyllique sans travail ». Tu es certainement un observateur attentif, mais vraisemblablement un lecteur trop pressé aussi.
Comme son nom l’indique le lien w0ut ne renvoie pas au forum de la mise à mort du travail, comme tu sembles l’avoir compris, mais bien au site work0ut (+ speak0ut), il n’est donc pas question d’ « inculture », mais de précipitation. Quant au forum de France 3, même si nous avons prêté un peu plus d’attention à ce qui s’y disait, nous ne l’avons fréquenté que pour y semer un peu de poil à gratter et autres germes. (cf. « fin de la mise au pas des travailleurs » ; « mobilisation généreuse » ; etc.)

Enfin, parler d’éconimisme et indiquer économisme comme animisme, même si cela peut paraître dégradant pour l’animisme au sens traditionnel, mystique, c’est pourtant comme parler de religion de l’argent, où l’on ne préjuge en rien de ce que sont les autres religions. économisme comme animisme = animisme économique, où animisme ne signifie rien de plus que la faculté de voir de l’économique partout, de ne voir que des choses animées économiquement, de même que l’on considère de nos jours que les jeunes enfants ont une vision animiste du monde, c'est-à-dire animée des objets qui les entourent – cette acception du terme étant purement laïque, voire scientifique.

Bon, tout cela est un peu sévère, mais ce sera l’occasion d’une confession assez plaisante je pense. En effet, tu es la seconde personne dans la même semaine que je poursuis d’inconséquence parce qu’elle ne suit pas les liens vers w0, ne serait-ce que pour se faire une vague idée d’ensemble avant de parler. Mais le comble c’est qu'emporté par le sarcasme c’est justement ce que j’ai fait pas plus tard que le 28/11 et je viens seulement d’y remédier – constatant par la même que ma première intervention est assez incohérente, voire ridicule (ça se passe par ici : Petits malheurs de clients Orange ou SFR avec la clé 3G+)

Allez, trêve de bavardages,

___________________________________________________________________________________

car je suis allé un peu vite en besogne, un fois de plus, pour ce qui concerne d’éventuelles articulations entre votre situation et w0. Ma suggestion de tractaffiche, n’étant pas forcément, immédiatement, la plus pertinente – surtout de votre point de vue. Mais, au fond, c’est une bonne chose : d’une part ça vous laisse le temps de voir par vous-même ce que cette rencontre peut susciter d’autre pour vous, et ensuite ça permet éventuellement de voir dans quelle mesure on peut être influencé par l’extérieur. Sinon, d’évidence :

1. il y a la branche d’activité où vous êtes employés, qui est chapeauté par Spir communication (avec éventuellement des doublons au sein de Ouest France ?), mais il y a de la concurrence (nationale ; et internationale ?) pour chaque activité : pour Adrexo par exemple, il y a surtout Mediapost (et la mosaïque du reste – combien de salariés ces trois pôles ? d’autres pôles en vue dans le secteur de la distribution d’imprimés ?) Le minimum syndical serait d’être en contact, syndical justement, avec eux – mais aussi indépendamment de toutes instances officielles, de soi même. Est-ce le cas ?

Evidemment, comme le courant syndicaliste révolutionnaire le déplore continuellement, le syndicalisme d’entreprise a pris le pas, c’est peu dire, sur le syndicalisme d’industrie. Y remédier, voilà donc une orientation proche de celle de w0 (cf. speak0ut / POLICE SCIENTIQUE : 1. police scientifique par tous ; 2.1 blogs d’entreprises) ; dans cette perspective il n’y a évidemment pas d’arrangements ou de négociations à envisager…

2. si l’entente est possible entre salariés d’Adrexo et Mediapost et ainsi de suite – en long et en large, c’est pour couper le cordon ombilical d’avec l’actionnariat, le patronat, l’Etat et autres hiérarchies et autorités ; tout remettre en question pratiquement. A partir de là, les cellules de base d’assemblées autonomes peuvent vivre pour leur propre croissance et se développer – jusqu’à ce que leur sécession tombe comme une foudre lente.
Vous pensez bien qu’une telle unité polycentrique, une forme radicale de monopole anti marchand par la base n’aurait pas vraiment besoin de misérable tractaffiche jargonnant.

Cependant, il semble évident qu’une telle chose n’est possible qu’à l’échelle d’une région dont la taille est déterminée par les exigences de son autonomie (avec les relations que cela implique entre branches d’industries, de services, etc., et avec les relations que cela implique à la périphérie de cette zone floue s’affranchissant avec d’autres zones en synergie – prendre garde à ne pas se laisser influencer par le découpage administratif / se focaliser sur les dynamiques humaines et industrielles - agricoles - énergétiques / question financière-monétaire en arrière plan).

3. Ma mamie me dit : « as-tu pensé aux conséquence de ce que tu racontes, c’est le bain de sang assuré… » Rien n’est moins sûr à notre avis, faut tâter le terrain de toutes façons : et le pacifisme que l’on nous instille depuis un bon nombre de génération aura une influence notoire (déjà les militaires ne veulent plus se faire tuer, vont-ils trucider leurs amis, voisins et famille ?) Et il faut prendre ses dispositions ensuite, ne pas jouer les oies blanches, jouer la dissuasion encore (il est assez certain que les plus belliqueux ne sont pas dans les forces armées).

Mais le principal :

un. le processus, comme souterrain – en mouvements et vagues progressifs – devrait permettre de voir venir : le renseignement est le nerf de la guerre

deux. indissociablement du premier principe, quand on agit selon son cœur tout s’éclaire (pas le cœur qui fane en fleurs bleues évidemment : le creuset des tripes et du cerveau – et dont l’expression passe moins par les mots, que par le geste)

trois. indissociablement des deux premiers principes, il faut arrêter de prendre les gens pour des cons : qui connaît qui, au fond ? les gens ne sont pas des fous furieux : au contraire, nous sommes bien trop raisonnables, patients jusqu’à la nausée ; et nos voisins sont des inconnus

soleil. allez-y donc voir, une fois que vous serez bien assuré dans ces trois principes – qu’est-ce que c’est que la confiance ?


________________
j'allais oublier, ces échanges comme toutes nos interventions publiques sont reproduits dans le forum speakout

http://work0ut.free.fr


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Des couilles Janus (CAsus)
Nouveau messagePosté: Mar 8 Déc 2009 13:32 
[le 06/12/09 - 13:29]

Citation:
Bon, tout cela est un peu sévère, mais ce sera l’occasion d’une confession assez plaisante je pense. En effet, tu es la seconde personne dans la même semaine que je poursuis d’inconséquence parce qu’elle ne suit pas les liens vers w0, ne serait-ce que pour se faire une vague idée d’ensemble avant de parler. Mais le comble c’est qu'emporté par le sarcasme c’est justement ce que j’ai fait pas plus tard que le 28/11 et je viens seulement d’y remédier – constatant par la même que ma première intervention est assez incohérente, voire ridicule (ça se passe par ici : Petits malheurs de clients Orange ou SFR avec la clé 3G+
janus la morale; comme je le disais je découvre ton univers par tes interventions ici, mais je te redis que je n'ai guère de temps à tes scénarios hautement révolutionnaire : tu me reproches un égo surdimensionné et je te réponds ok mais je m'assume. Tes ambitions politiques tu le sais peuvent être lourdes de conséquences alors assume-toi également. Reproduit ce que tu veux où tu veux.

Citation:
que je poursuis d’inconséquence
[smiley lol !]

là mon gars tu te poses carrément en procureur alors je te rappelle au bon souvenir de ROBESPIERRE le guillotineur guillotiné. J'ai pas envie de passer du temps sur tes liens tant que je ne saurrai pas qui tu es !

des couilles Janus des couilles [smiley sourire en coin]

Pas le temps, ni l'envie on est mal partis, dévoile toi Janus car nous avons du pain sous la planche.

Et si tu publies sur votre forum alors publies tout cela rendra service à la cause;
Yao
Bonne journée.

Autre : très bonne idée cette action dans la branche ; mais pour cela il faut des acteurs. Pour ma part je suis prêt puisqu'il y a des mois que nous revendiquons comme ultime solution une prise du pouvoir par les acteurs du terrain !!!


Haut
  
 
 Sujet du message: illuminations et maculées conceptions
Nouveau messagePosté: Mar 8 Déc 2009 13:49 
Administrateur du site

Inscription: Mar 15 Sep 2009 23:51
Messages: 103
Localisation: 10 000 n'est pas un individu, mais un dispositif pro laïc et démocratique
[le 08/12/09 - 10:42]
Admin RESPIRE a écrit:
très bonne idée cette action dans la branche
oui, dans la branche – y compris les rameaux "concurrents" – et dans les autres branches de cet arbre de plus en plus touffu qu’est le travail ; satané arbre du besoin planté sur la sphère du jeu qu’il vampirise et dont la plénitude est le débat sur l’humanité. Alors, c’est l’organisation autour de la parole, selon le débat, qui détermine l’organisation du travail, et non plus l’inverse, comme c’est plus que jamais le cas de nos jours : « la priorité, c’est la croissance et l’emploi ! », ouarf, ouarf , on vous en prie

Admin RESPIRE a écrit:
mais pour cela il faut des acteurs
work0ut / avant tout a écrit:
« La critique contemporaine majoritaire de l’Etat – Providence ou quoi – préconise de l’oublier, de le laisser dégénérer. Quoi qu’on en pense, il semble qu’une discipline démocratique élémentaire serait la bienvenue face au pouvoir massifiant et lénifiant des médias dominants.

Pour commencer, il suffit simplement que nous diffusions de proche en proche les documents que leurs auteurs destinent à l’attention de tous. Via Internet, ce procédé a l’avantage de la rapidité, sous réserve que l’on consulte sa boîte mail régulièrement ; il a surtout le pouvoir de stimuler les échanges, de provoquer des débats inédits, de susciter perspectives et alliances.

On pourrait convenir par exemple d’indiquer « chose publique » comme objet du mail, de sorte que le destinataire le fasse immédiatement suivre à l’ensemble de ses contacts – avant même d’en prendre connaissance et de le discuter, prolonger, réfuter, etc.

Un autre avantage important, c’est que l’anonymat des auteurs rend toute l’attention au propos, évite tout a priori et prévient la tendance médiatique à tout diluer dans la personnalisation. Cela dit assez clairement qu’il y a là la possibilité de multiplier les occasions de vrais débats, de vraies rencontres, de vraies questions, de vraies recherches, pour concevoir l’accomplissement du genre humain (toutes choses diluées et déformées dans les flots de l’information dominante). Mais peut-être n’êtes-vous pas affamé ?

Que l’anonymat permette accessoirement de se délivrer plus facilement de ce que l’on a sur le cœur n’empêche pas que celui qui prétend de façon anonyme à la parole publique réponde pleinement de ses propos.

Cette diffusion de proche en proche a encore un attrait majeur : elle est la base d’un projet de liberté, parce qu’il est facultatif et non discriminant ; et à chaque fois c’est une nouvelle occasion d’exercer son esprit : quoi de plus réjouissant que de penser par soi-même – seul état d’exception qui vaille. »

work0ut, moteur 4 temps a écrit:
« 1er temps - diffusion autonome de la parole publique :

– par Internet : en effet, cela coûte peu de faire suivre au plus grand nombre de contacts possibles (connus ou non) les mails que nous recevons dont l’objet est "chose publique". Et le meilleur moyen de ne pas être tenté de censurer (mais aussi de stimuler l’attention à ce qui se pense) est de ne prendre connaissance du contenu qu’une fois la transmission effectuée. Il sera toujours temps ensuite d’en discuter avec ceux que l’on pense être plus sensibles, positivement ou négativement, au contenu. Bref, voilà une façon conséquente de se disposer au débat, aujourd’hui vampirisé par la soi disant « vie politique » ou « démocratique » – comme si c’était toute la décision dont nous sommes capables : voter par défaut, à l’heure dite. (Démocratie : c’est le pouvoir des gens, non ?)

– de la main à la main : le document présent, ou toute autre chose publique, est arrivé sous vos yeux, il est tout aussi simple de le faire connaître le plus largement possible autour de vous, donc de l’avoir toujours sous la main (même si dans ce cas l’autocensure risque de reprendre le dessus) et, au besoin, de vous faire "photocopirate" »

Est-ce clair ? De notre point de vue, c’est donc bien loin d’être une simple affaire de cojones – si seulement... Dommage que cela puisse passer pour une leçon de morale, quand ce ne sont que des considérations pratiques, voire techniques. Et qui peut nier que notre ego n’intervienne dans notre façon de voir et d’interpréter les choses. D’ailleurs, je ne parle pas d’ego « surdimensionné ». Je voulais juste dire que ton ego, ta situation, pouvait être cause de certaines lectures erronées (entres autres, ainsi que le manque de temps et donc d’attention) : erronées, de notre point de vue ; c'est-à-dire passant à côté de notre point de vue sur l’anonymat ; car le tien est bien connu, c’est celui de l’opinion dominante – si confortable, réflexe. En outre, signaler une erreur n’implique pas de jugement moral et c’est un des grands défis de l’éducation que de légitimer le droit à l’erreur – afin qu’elle ne soit pas perçue et vécue comme un échec et une dépréciation personnelle.

Et c’est ce qui justifie que je poursuive d’inconséquence deux de nos lecteurs (c’était effectivement le lieu et le moment de rire, mais pour d’autres raisons), alors procureur pourquoi pas, si l’accusation devant le tribunal de l’entendement à pour but d’arriver à s’entendre ou d'accentuer et clarifier la contradiction, et non de disqualifier moralement : c’est à chacun de juger, d’estimer, si la peine qu’il se donne pour comprendre est suffisante. Et c’est encore un autre problème crucial que d’être en désaccord un moment et d’arriver ensuite à partager une position commune.

En procureur néophyte je me vois contraint de renverser l’accusation, sans m’esquiver pour autant : je poursuis d’inconséquence, certes, mais comme tu le fais toi-même, parce qu’il ne te semble pas conséquent de ne pas décliner son identité (et l’injonction morale ne serait-elle pas de ton côté qui plus est ?). Alors que pour nous c’est un des intérêts majeurs d’Internet que les idées et les débats puissent être indemnes des questions de personne. Notre intention n’est pas de dissimuler notre identité (qui est une discrimination de et pour l’Etat que nous refusons par ailleurs), mais de mettre le discours en avant, pour lui-même, et pour provoquer, donc aiguiser, le sens critique. Mais qu’on nous dise si cette position est insensée, car pour ce qui est des injonctions, nos amourettes s’en balancent... Dans le même ordre d’idée, nous n’indiquons pas les références de nos citations, qui sont justes signalées par des guillemets : ce qui n’est pas du tout orthodoxe non plus.

On se plaint assez que la politique spectacle gangrène tout, que l’on ne vote plus guère que pour des images, des histrions communicants, des marchands de tapis ou des manipulateurs de peur : nous prenons simplement le contre-pied de cet état de fait. Ne serait-ce pas plus sain et cohérent de décider sur le fond même, en essayant de prévenir les travers de la notoriété, de l’influence hypnotique des médias dominants, etc. On vote bien de façon anonyme (ce n’est pas une panacée pour autant, mais c’est censé garantir la liberté du choix – bien conditionné en amont donc), pourquoi les programmes, projets, comme d’autres décisions collectives, ne seraient pas proposés de façon impersonnelle ? De fait, ces parlements avec, au mieux, une malheureuse demi douzaine d’opinions représentées par des partis aux ordres et avec un parti dominant à tour de rôle, sur deux à peine audibles, sont d’une pauvreté consternante (heureusement, plus personne ne s’en préoccupe vraiment). Mais si vous voyez un juste milieu entre le néant et tout ce que nous cherchons à remettre en jeu, faites-nous signe, car la question est loin d’être épuisée.

Heureusement, bientôt nous courtiserons via des CV anonymes. Au moins, nous serons égaux devant l’esclavage – à défaut d’obtenir jamais le droit au travail, cette plaisanterie macabre qui dure depuis 1848.

Mais, revenons sur ton cas Yao, pour en finir provisoirement. N’est-ce pas évident, et regrettable, que certains, rien qu’en voyant tes interventions vidéos, vont se dire : « bah, un rasta, laisse tomber... », et que si cela ne les dissuade pas de t’écouter, cela peut influencer leur jugement, au point même de revenir sur ce sur quoi ils étaient d’accord ? A l’inverse, d’autres te suivront et te soutiendront juste parce que tu es trop cool. Bref, c’est un peu caricatural, mais cela situe bien l’époque et en quoi l’anonymat sur Internet pourrait être une bonne école du sens critique et de l’indépendance d’esprit (rien qu’admettre le principe serait une avancée considérable) : l’essentiel n’étant pas de tout comprendre, mais déjà de voir pour soi même ce que l’on comprend de soi même, bref, de se savoir une base ferme quoique relative ; à défaut de (se) prouver un courage, largement dépendant de la situation, on éprouverait ainsi l’honnêteté intellectuelle utile en toutes situations.

On dit que lors de dégustations à l’aveugle, il arrive que même des amateurs confirmés confondent un vin blanc et un vin rouge… Courage donc, l’avantage étant que l’on exerce son goût en goûtant et en comparant ses impressions. Et n’oubliez pas de recracher.



Encore heureux que nous publions tout (au plus tôt). D'ailleurs, quoique nous revendiquions l'usage et la pertinence de l'anonymat sur Internet (malgré des inconvénients dont cette polémique est représentative), chacun fait comme bon lui semble sur notre forum


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: à la coordination RESPIRE
Nouveau messagePosté: Ven 11 Déc 2009 19:01 
ouais bon ca peut etre interessant mais ca nous eloigne de notre combat bien reel
comme evoque au tél, on reste en contact Yao


Haut
  
 
 Sujet du message: A mon frère JANUS : J'adore tes chatouilles...
Nouveau messagePosté: Dim 13 Déc 2009 01:19 
[le 8/12/09 - 23:04]

Citation:
En procureur néophyte je me vois contraint de renverser l’accusation, sans m’esquiver pour autant : je poursuis d’inconséquence, certes, mais comme tu le fais toi-même, parce qu’il ne te semble pas conséquent de ne pas décliner son identité (et l’injonction morale ne serait-elle pas de ton côté qui plus est ?). Alors que pour nous c’est un des intérêts majeurs d’Internet que les idées et les débats puissent être indemnes des questions de personne. Notre intention n’est pas de dissimuler notre identité (qui est une discrimination de et pour l’Etat que nous refusons par ailleurs), mais de mettre le discours en avant, pour lui-même, et pour provoquer, donc aiguiser, le sens critique. Mais qu’on nous dise si cette position est insensée, car pour ce qui est des injonctions, nos amourettes s’en balancent... Dans le même ordre d’idée, nous n’indiquons pas les références de nos citations, qui sont justes signalées par des guillemets : ce qui n’est pas du tout orthodoxe non plus.

On se plaint assez que la politique spectacle gangrène tout, que l’on ne vote plus guère que pour des images, des histrions communicants, des marchands de tapis ou des manipulateurs de peur : nous prenons simplement le contre-pied de cet état de fait. Ne serait-ce pas plus sain et cohérent de décider sur le fond même, en essayant de prévenir les travers de la notoriété, de l’influence hypnotique des médias dominants, etc. On vote bien de façon anonyme (ce n’est pas une panacée pour autant, mais c’est censé garantir la liberté du choix – bien conditionné en amont donc), pourquoi les programmes, projets, comme d’autres décisions collectives, ne seraient pas proposés de façon impersonnelle ? De fait, ces parlements avec, au mieux, une malheureuse demi douzaine d’opinions représentées par des partis aux ordres et avec un parti dominant à tour de rôle, sur deux à peine audibles, sont d’une pauvreté consternante (heureusement, plus personne ne s’en préoccupe vraiment). Mais si vous voyez un juste milieu entre le néant et tout ce que nous cherchons à remettre en jeu, faites-nous signe, car la question est loin d’être épuisée.

Heureusement, bientôt nous courtiserons via des CV anonymes. Au moins, nous serons égaux devant l’esclavage – à défaut d’obtenir jamais le droit au travail, cette plaisanterie macabre qui dure depuis 1848.
Je pense mon cher que tu fournis dans ce dernier paragraphe et ce qui précède beaucoup d'éléments.

D'abord une date "abolition de l'escalavage" ou "la commune" Je ne cours pas vérifier mais je devrais. En fait je manque de temps... "je te taquine".

Ton discours sur l'anonymat est tellement maladroit qu'il se termine par une contradiction est-ce que j'ose me souvenir d'un cours de philo de terminal pour être encore plus précis et parler de sophisme.

Non ton exposé n'est pas convaincant sur ce sujet précis et d'ailleurs j'ai du mal à comprendre ce que cette fixation sur l'anonymat vient faire dans un discours par ailleurs très intéressant.


Citation:
Notre intention n’est pas de dissimuler notre identité (qui est une discrimination de et pour l’Etat que nous refusons par ailleurs), mais de mettre le discours en avant, pour lui-même, et pour provoquer, donc aiguiser, le sens critique. Mais qu’on nous dise si cette position est insensée, car pour ce qui est des injonctions, nos amourettes s’en balancent... Dans le même ordre d’idée, nous n’indiquons pas les références de nos citations, qui sont justes signalées par des guillemets : ce qui n’est pas du tout orthodoxe non plus.
"La propriété c'est le vol !" n'est-ce pas où tu souhaites en venir. Retour à Proudhon retour au 19ème parfois on comprend pourquoi on parle de grands classiques : ils résument bien les choses car une pensée claire s'exprime simplement n'est-ce pas. La nécessité m'impose là de poser la plume ce soir mais je te pris mon frère de te relire déjà sur cette première partie pour mesurer la fragilité de ton discours...

RESPIRATION

Plutôt que de m'échiner à contrer ton discours phrase par phrase je préfère aller à l'essentiel sur certains points biens précis : mais tu noteras que je te réponds d'une manière qui ne te laissera aucun doute sur ma compréhension de ce que tu avances...

Je te le dis net, l'état civil n'a rien révolutionné du genre humain. L'état est dans la Nature et la Nature est dans l'Etat. Voilà pourquoi je souscris à la révolution mais pas à la destruction de l'Etat : l'Etat c'est nous ; ce n'est pas notre Ennemi sauf lorsqu'il est pris en otage par une minorité dominante. Lorsque l'armée ou la police républicaine se muent en milice privée.


Citation:
Notre intention n’est pas de dissimuler notre identité qui est une discrimination de et pour l’Etat que nous refusons par ailleurs.
Nous avions des identités bien avant que nous ayons pris l'habitude de les écrire ou bien si tu veux bien avant que les états, l'Etat soit organisé dans ses formes "modernes". Nous aurons des identités aussi longtemps que durera le genre humain. La vision théorique d'un monde et d'idées sans identités autre que peut-être même collectives me glace totalement. C'est un non sens car alors comment concevoir une identité collective (j'appellerai çà une conscience universelle) sans admettre l'existence des consciences individuelles. Ce genre de vision théorique idéale que tu défends sur cette question précise de l'anonymat m'inquiète car j'imagine aisément les dérives auxquelles ces idées peuvent conduire. Voilà mon point de vue.


Citation:
Mais qu’on nous dise si cette position est insensée, car pour ce qui est des injonctions, nos amourettes s’en balancent... Dans le même ordre d’idée, nous n’indiquons pas les références de nos citations, qui sont justes signalées par des guillemets : ce qui n’est pas du tout orthodoxe non plus.
Oui je te dis que c'est insensé.

Ta diatribe sur mes prétendues injonctions morales tu te la fabriques mon ami, car la morale est loin d'être mon sujet. La justice et la justesse me préoccupe plus !!!
Je t'ai posé une question de cohérence par rapport à ton propos et te présenter pour exposer des idées qui ne sont pas forcément les tiennes (puisqu'elles émanent d'une conscience supra individuelles à te lire, au moins idéalement) pour qu'on sache d'où tu sorts : RG, provocateur de la direction, on peut se poser en effet moult question en te lisant en voyant la petitesse de l'audience de ton forum eu égard aux grandes idées qu'il se propose d'énergiser !


Citation:
Alors que pour nous c’est un des intérêts majeurs d’Internet que les idées et les débats puissent être indemnes des questions de personne
Là tu me déçois carrément : penses tu sincèrement qu'il faille attendre l'heure d'internet (bien tardive du reste si on regarde l'histoire de l'humanité) pour permettre enfin un débat indemnes de questions de personnes !!!

Janus franchement çà le fait pas du tout. Je passe sur ton commentaire sur Rasta car là tu es déjà largement hors jeu. Il y a deux façons de voir un RASTA il semble : le faire passer pour un coolcon concool ou le voir comme un dangereux subversif; je crois que Peter Tosh aurait bien aimé passé pour un coolcon car cela lui aurait évité de prendre 2 balles dans la tête.
Quoi te dire ma gueule te dérange ! Elle dérange certains ! On s'en fou. qui te dit qu'elle ne me dérange pas moi même ? On s'en fou évidemment. Ici sur le terrain SPIR je suis la bouche de la Filpac-CGT et accessoirement l'être avec un pouce préempteur et un encéphale développé... tu connais la musique. L'îles aux fleurs.

Donc je te pris mon frère de faire le tri pour te défaire d'un problème de personne. Je ne suis rien sans vous et ma gueule et ma provocation si il y en a ne sont qu'un leurre pour faire le tri de ceux qui sont prêt à faire le choix définitif de la liberté et de la révolution au delà de toute considération ethnocentrique :l'appropriation démocratique de l'Etat, la république mondiale pour le bien-être de nos descendants !!!

Je te dirai ceci l'humanité carbure à la providence depuis la nuit des temps et jusqu'à la fin des temps (pour nous du moins) Il y a des invariants, il y a des prophètes, il y a des grands classiques, il y a des révolutionnaires, il y a de grands savants. On pourrait dire tous des fous qui font grandir l'humanité et parfois là font régresser. L'absolu n'est pas dans l'ordre humain, le genre humain est condamné a évoluer dans une espèce de mécanique quantique et céleste, stellaire où la relativité prend tout son sens et de fait c'est de toute la beauté du Cosmos dont il s'agit. C'est aussi la beauté et la tragédie de l'espèce humaine

Si j'avais un message à passer ce serait celui de l'émerveillement devant tout ceci.
Anarchisme et Nihilisme ne me dise rien qui vaille correspondant plutôt à un état physique du Chaos. Je suis un républicain dans l'âme car c'est dans la dimension où l'univers dégage des espaces de "stabilités" , "d'équilibres gravitationnels" que l'espèce humaine trouve un espace pour se mouvoir comme une poussière d'étoile à travers l'univers.

Bonne nuit et rappelle toi ce que je t'ai dis dans un mail perso "attention je précise Janus; on se connait pas" Mais je t'ai dit tu as frappé à la bonne porte !

Peace & Love Broda


Citation:
Mais, revenons sur ton cas Yao, pour en finir provisoirement. N’est-ce pas évident, et regrettable, que certains, rien qu’en voyant tes interventions vidéos, vont se dire : « bah, un rasta, laisse tomber... », et que si cela ne les dissuade pas de t’écouter, cela peut influencer leur jugement, au point même de revenir sur ce sur quoi ils étaient d’accord ? A l’inverse, d’autres te suivront et te soutiendront juste parce que tu es trop cool. Bref, c’est un peu caricatural, mais cela situe bien l’époque et en quoi l’anonymat sur Internet pourrait être une bonne école du sens critique et de l’indépendance d’esprit (rien qu’admettre le principe serait une avancée considérable) : l’essentiel n’étant pas de tout comprendre, mais déjà de voir pour soi même ce que l’on comprend de soi même, bref, de se savoir une base ferme quoique relative ; à défaut de (se) prouver un courage, largement dépendant de la situation, on éprouverait ainsi l’honnêteté intellectuelle utile en toutes situations.
Tu vas vraiment loin mon frère mais bon tant que ces "provisoires" : tu veux en finir ! avec qui ?
Il n'est pas question de porter un jugement de valeur sur la portée d'un engagement. Il y a une dimension subjective qui ne me viendrait pas à l'idée de contester : du reste j'attendais la question qui viendra peut-être à la fin : Yao qu'est-ce que tu fou ici ? C'est pas comme la France aimé là où quittez là ? Les xénos de gauche vous diront : il y a tant de misère chez toi. Qu'est-ce que tu fais ici. On a besoin de toi chez toi.

C'est con chez moi c'est la terre cette petite planète bleue azur dit-on vu du ciel !!!

Je ne suis pas le courage et encore moins la morale incarnée Janus je suis moi avec mes contradictions et mes idées et je contribue et chacun est libre d'aprécier d'accepter ou non et j'aime bien confronter les points de vue. Détends toi et viens nous rejoindre en réajustant tes erreurs théoriques.
Amicalement pour ne pas dire fraternellement Yao


Haut
  
 
 Sujet du message: communication par les pairs (et les impairs)
Nouveau messagePosté: Dim 13 Déc 2009 01:30 
Administrateur du site

Inscription: Mar 15 Sep 2009 23:51
Messages: 103
Localisation: 10 000 n'est pas un individu, mais un dispositif pro laïc et démocratique
[le 11/12/09 - 13:16]

Je ne fais pas une fixation sur l’anonymat, il est partie intégrante de notre démarche (peut-être à tort). Et comme l’anonymat est généralement mal perçu, il semble logique d’essayer d’éclaircir la chose, parmi d’autres.

Ainsi, si nous revenons à la base de la démarche de work0ut, qui est non moins pratique que théorique, la question est : que ferez-vous (et donc que ferais-tu) quand vous recevrez des mails dont l’objet sera « chose publique » (du latin « res publica », d’où république ; et donc, de notre point de vue : république par en bas, selon une terminologie en usage de nos jours)

Que ferez-vous de ce mail « chose publique » (en provenance de quelqu’un que vous connaissez ou pas) sachant qu’on suggère que c’est un moyen de renforcer la liberté d’expression et d’exercer notre indépendance d’esprit et de jugement que de le faire suivre, chacun de nous, à l’ensemble de nos relations, pour qu’elles fassent de même ; sachant qu’on suggère encore d’assurer sa diffusion avant de savoir quel en est le contenu (cela revient à faire suivre un document joint).

Evidemment, cette démarche prend tout son sens si elle devient une pratique aussi spontanée que voter ou regarder le journal télévisé, et un peu plus assidue même, tant pour les émetteurs que pour les diffuseurs potentiels que nous sommes tous (et ne reste donc pas la lubie de quelques individus) – avec la restriction que tout le monde n’a pas accès à Internet, à domicile du moins ; mais celui qui reconnaît l’intérêt du procédé trouvera toujours le moyen de créer une boite mail, quitte à ne la consulter qu’une fois par semaine (au boulot par exemple, ce serait le comble de la subversion… pour commencer). Ce n’est pas un engagement individuel très pesant, mais ses conséquences pour la libre diffusion des opinions promettent d’être importantes. Et d’autant plus pour le sens critique que l’on ignorera qui est l’émetteur (qui, en général, ne sera pas le diffuseur/transmetteur, probablement connu lui).
Il est assez clair que dans un premier temps cela ne peut guère intéresser que ceux qui n’ont pas accès aux médias dominants ou qui les rejettent. Mais bon, il s’agit de fonder une alternative au système existant, il est donc assez logique que cela concerne d’abord des opinions minoritaires. Ce qui au total représente pas mal de mécontents, d’impatients et d’expectative ouverte, et permet d’envisager que cette façon de faire s’impose.

Mais prenons ATTAC pour exemple et admettons qu’ils aient une autre proposition que leur taxe sur les mouvements financiers. Même eux auraient tout intérêt, entre autres modes de communication, à présenter la chose anonymement, dans un format genre tractaffiche, qui permet une approche synthétique du sujet, mais correspond à 5-10 minutes d’attention soutenue, ce qui de nos jours n’est pas rien. Car, sinon, ils risquent de prêcher seulement des convaincus, bon nombre des autres se disant : « ATTAC, je connais la chanson, laisse tomber, même pas envie d’écouter ou de lire… »
C’est un exemple un peu tiré par les cheveux, mais c’est l’idée et elle vaut d’autant plus pour ceux qui auront encore moins accès aux médias de masse. Quant à ceux qui voudraient approfondir l’objet du mail, une recherche via quelques expressions clés du texte devrait permettre d’arriver à un site ; tout autre détour antidentitaire aussi bien – jusqu’au hasard objectif et autres coïncidences.

Arrivé là, l’exemple ne va plus de soit, car il est certain que s’agissant de questions économiques, ATTAC aurait tort de se priver d’exhiber un comité scientifique avec des éconimistes, de renom si possible. Toutefois, pour les questions ou projets véritablement publics, ou, peut-être, formulés de façon véritablement publique – c'est-à-dire qui concernent tout le monde et ne demandent pas de compétences particulières –, cela semble contradictoire de faire jouer la caution de spécialistes et de célébrités, comme toutes autres formes d’autorité : soit leurs arguments convainquent, soit non. Encore une fois, il est douteux que ce genre de concession intéresse ATTAC et Cie, mais, avec la dynamique des gens ordinaires, telle que suggérée ici, cela pourrait devenir un critère de bonne intelligence publique.

L’idée de taxe des flux financiers ne nous concerne pas directement, c’est une question de techniciens gestionnaires en vue de domestiquer la spéculation et de financer du service public d’Etat (ce qui nous concerne relativement) ; l’idée d’un revenu inconditionnel pour tout individu mis au monde, nous concerne tous directement, mais implique un changement profond, radical : un monde qui ne tourne plus autour du travail ; où l’on n’est pas obligé de travailler, mais où l’on consent librement à travailler parce que l’on sait que c’est nécessaire à la survie. Et c’est d’autant plus envisageable et pensable que beaucoup s’imaginent déjà travailler librement, parce qu’ils s’épanouissent dans leur milieu professionnel : qu’ils essaient de ne plus travailler pour bien estimer le prix de cette illusion. Néanmoins, cette illusion à l’avantage de renforcer un sens de la responsabilité assez largement acquis, quoique fondé négativement, sur la contrainte ; la fin de cette illusion étant le gage d’une responsabilité positive équivalente à la volonté individuelle de faire quelque chose de sa vie – volonté dont il n’y a pas de raison de douter, bien que la suspicion inhérente à la société de l’exploitation des ressources humaines laisse courir la rumeur contraire.

Notez enfin que depuis la proposition de base de diffusion autonome de la parole publique, chaque affinage dans le sens de la confrontation plus franche à la pensée est facultatif, fonction du positionnement individuel et donc, au total, des capacités réelles de fécondation démocratique des idées en germe qui traversent l’époque.
Cet optimisme loin d’être béat doit encore être tempéré par le détournement tous les jours plus large et profond du sens de la responsabilité par la pression occidentalisatrice – même s’il est vrai que Big Brother charge copieusement la barque, en bon quotidianniste qui fonde la peur à coup de faits divertissants : c’est le jeu ; c’est la guerre. Une guerre d’occupation mentale, où il est facile de balayer la moindre velléité de libération avec condescendance et précipitation – ce n’est pas le moindre talent du parti de la conservation, information en tête, que de rendre réel ce qu’il prétend vrai –, pour ne plus chercher le sens de l’humanité ailleurs que sous son nez, c'est-à-dire sous les projecteurs des médias dominants et insinuants lourdement.


La gazette a écrit:
Heureusement, bientôt nous courtiserons via des CV anonymes. Au moins, nous serons égaux devant l’esclavage – à défaut d’obtenir jamais le droit au travail, cette plaisanterie macabre qui dure depuis 1848.
En fait je parle de l’esclavage du salariat (comme dans le tractaffiche Pourquoi pleurer). 1848 fait donc référence à l’insurrection, essentiellement ouvrière (dont un des mots d’ordre était le droit au travail), qui a débouché sur la seconde république (gouvernement dit ouvrier par des représentants bourgeois…) : l’abolition de l’esclavage est une des mesures prise par la suite et n’a donc aucun rapport avec mon propos qui cherchait juste à montrer que l’anonymat peut être utile. C’était un exemple, peu importe que ce projet de CV anonyme devienne réalité ou non.


Admin a écrit:
Nous avions des identités bien avant que nous ayons pris l'habitude de les écrire ou bien si tu veux bien avant que les états, l'Etat soit organisé dans ses formes "modernes".
Sur ce point nous sommes d’accord. De même qu’il existe des processus démocratiques, dans le sens plein ou relatif, là où le mot n’existe pas et donc en dehors de périodes de références elles mêmes sujettes à caution (Grèce antique et monde moderne, pour faire court) ; de même l’Etat peut bien exister là où il n’est pas explicitement nommé ou formellement institutionnalisé : en tous cas sous la forme que nous refusons, à savoir le monopole hiérarchique et hypostasié de l’autorité. Ce n’est pas l’identité en soi que nous contestons, c’est le monopole de l’identification par l’Etat (indépendamment du fait qu’il soit aux mains d’un gouvernement de gauche ou de droite) et, par suite, les oppressions plus ou moins gracieusement maquillées et l’interdiction a priori du jeu avec les identités.
Nous considérons que le rôle de l’Etat est fondamentalement policier ; la fonction gestionnaire des personnels politiques n’en n’est qu’un aspect dérivé. Même ce qu’on appelle l’Etat Providence – la gestion de la solidarité et de l’assistance publique – est encore une forme de domination. Notre critique de l’Etat est indissociable de celle de la marchandise et de l’information dominante, dont il fait plutôt figure de larbin pour la basse besogne. La marchandise (comme raz de marée planétaire et intime), l’information dominante (en pointe) et l’Etat, étant les médiations dominantes de l’existence moderne, tant individuellement que collectivement.

Pour ce qui est de l’Etat, il nous semble être la brève et désormais périmée cristallisation historique du monopole du pouvoir dans une société s’organisant autour du besoin, et par suite du travail (ce qui est la perspective du capitalisme, du communisme, du fascisme et du réformisme, quelques épithètes on puisse leur accoler). Et au fond c’est ce que nous contestons : pas que le travail soit nécessaire, puisqu’il répond à la nécessité même de subvenir à nos besoins, mais que tout soit organisé autour du travail et par conséquent par ceux qui monopolise l’organisation du travail.


Admin a écrit:
« l'appropriation démocratique de l'Etat »
pour nous cela signifie l’appropriation de l’Etat par le pouvoir des gens (et donc pas par de nouveaux représentants parlementaires), ce qui suggère plutôt sa dissolution dans la masse que son hypothétique destruction. C’est justement cette question qui nous semblait justifier que l’on évoque le devenir du monopole de la force armée (dernière prérogative indéniable de l’Etat) lorsque nous sondions le potentiel démocratique des assemblées autonomes (voir Pourquoi pleurer)
La réappropriation de l’Etat, épisode négligeable de la conquête de la maîtrise de l’humanité par elle-même, pourrait commencer, passer ou se préciser par la diffusion autonome de la parole publique. Pour les anxieux qui imaginent tout de suite une dictature pire que celle que nous subissons, il va sans dire que cette maîtrise de l’humanité par elle-même implique beaucoup de jeu. Mais peut-être n’est-ce pas pour les rassurer... un, deux, trois, soleil


Admin a écrit:
Ta diatribe sur mes prétendues injonctions morales tu te la fabriques mon ami
« J'ai pas envie de passer du temps sur tes liens tant que je ne saurrai pas qui tu es ! », pour moi, cela est une injonction.

« des couilles Janus des couilles », ou auparavant « trouve le courage de te nommer comme je le fais. » et ça une injonction morale, puisqu’il s’agit de démontrer par là sa valeur individuelle. Tandis que pour nous c’est la valeur de l’écrit, des propositions qui priment...

tu dis « je suis la bouche de la Filpac-CGT », dans notre perspective, mon dernier exemple (à travers ta position de porte parole, ton cas), impliquait simplement qu’il aurait été plus judicieux de faire de la radio que de la télé. Mais cela indépendamment du contexte d’action syndicale où tu interviens (dans un climat de conflit surtout) et qui concerne principalement des gens que tu représentes et censés te connaître. J’avais bien précisé que c’est un exemple caricatural de l’influence que peut avoir l’image, l’apparence. Cela ne veut pas dire que je te considère comme une caricature ou un clown. Si c’était le cas, me donnerais-je la peine de te répondre ?
De fait, il faut essayer de replacer le propos de w0 dans son contexte, c'est-à-dire la prise à parti d’un système, en entier, du point de vue de l’individu et de son action immédiatement possible, et ne pas amalgamer au cas particulier de l’action dans une entreprise, voire très particulier d’une entreprise en crise.

Quant à moi, je réponds des propositions de w0. Mais puisque la loi intervient pour limiter la liberté d’expression, la question est : ces propositions tombent-elles sous le coup de la loi, et, au-delà de la loi officielle, de la loi officieuse qui est celle des préjugés et du prêt à penser ? Car, si je commence à comprendre, c’est bien cette dernière que tu as le plus à redouter.

Rien à craindre du côté de la loi officielle, je pense. Je disais un peu plus haut qu’il nous semblait légitime d’évoquer le devenir de la force armée, or, notre position est le prolongement et la réactualisation d’un texte, périmé par certains aspects, publié par un des principaux éditeurs français et que l’on trouve chez tous les libraires : « Il est juste de reconnaître la difficulté et l’immensité des tâches de la révolution qui veut établir et maintenir une société sans classes. Elle peut aisément commencer partout où des assemblées prolétariennes autonomes, ne reconnaissant en dehors d’elles aucune autorité ou propriété de quiconque, plaçant leur volonté au-dessus de toutes les lois et de toutes les spécialisations, aboliront la séparation des individus, l’économie marchande, l’Etat. »

Pour ce qui est de la loi officieuse, une rubrique « tribune libre » aurait suffit, où tu dégageais ta responsabilité de modérateur/administrateur du site : quant aux opinions exprimées, du moment qu’elles n’appelaient pas la censure légale que l’on exige d’un modérateur. Libre à toi ensuite d’y intervenir à visage découvert ou non (par rapport à ta situation et au contexte).

Mais revenons à nos moutons, car, la question cruciale, première, indépendamment même du reste de ce que raconte work0ut, est, que ferez-vous (et donc que ferais-tu) si vous recevez des mails dont l’objet est « chose publique » ?


ps : je disais en finir parce que je pensais que mon topo serait suffisant pour clore le chapitre anonymat ; et provisoirement, parce que c'était la fin de mon message, mais que probablement il restait des choses à dire (effectivement, la formulation pouvait prêter à confusion...)


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 10 messages ] 

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher:
cron
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com